Découvrir Châteauvieux dans le Loir-et-Cher

La parole est à Monsieur le Maire de CHÂTEAUVIEUX







L’édito du mois



En décembre, pour que l'année aille comme il se doit,

il convient que les champs s'enneigent par deux fois.

Chères Castelviégeoises, chers Castelviégeois,

A l’approche des fêtes de fin d’année, nous sommes appelés à nous retrouver en famille ou entre amis, les enfants grandissent, les cadeaux changent aussi. Nos anciens ont besoin de notre affection, de nos petits gestes, de notre écoute, pour eux ces cadeaux-là sont un réconfort, et le dessin offert par le petit-fils ou par la petite-fille est un geste d’amour qu’ils garderont précieusement.

Dehors le village est silencieux, près de sa cheminée ou de son sapin, autour de ses photos jaunies qui rappellent un passé heureux, chacun se recroqueville, se pelotonne cherchant un peu plus de chaleur. Le chien, compagnon de toujours observe le maître, attendant la caresse, le chat est blotti près du radiateur.

Notre village contemple cette année 2017 avec nostalgie, avec un sourire, parfois le cœur comblé. Il s’est passé tant de choses dans notre univers protégé ! Le voisin malade qu’on est allé aider, les repas pris en commun dans la joie, la veuve qu’on est allé réconforter, les enfants piaillant comme moineaux dans la cour de l’école, les visites aux anciens à la maison de retraite, un mariage, une naissance, un voyage vers des amis, un départ. Le calendrier est bien rempli, orchestré par les fêtes, celles créées par les associations si dynamiques chez nous, et qui offrent à Châteauvieux son visage souriant qu’on nous envie.

Cette forme de bonheur ne doit pas nous faire oublier ce qui se passe là-bas loin, au Proche Orient, en Afrique orientale ou subsaharienne, d’où des milliers d’êtres humains s’enfuient vers un espoir de vie meilleure, quémandant un regard amical, généreux, compréhensif pour poser un instant leur fardeau.

Il y a aussi, plus proches de nous, ces hommes, ces femmes et parfois ces enfants qui n’ont pas de toit pour vivre décemment.  L’Abbé Pierre et Coluche ne sont plus là pour pousser leur coup de gueule  en s’indignant de notre égoïsme. Mais d’autres formes de solidarité occupent tant de bénévoles auxquels il faut rendre hommage. Le Téléthon, le Sidaction et toutes les associations caritatives qui viennent au secours de ceux qui souffrent, des plus démunis, soulageant par son immense générosité, les blessures, morales, physiques.

C’est aussi ce visage de notre France bouleversée par la disparition de Johnny Hallyday l’une de ses idoles, peinée par la mort d’un homme de culture Jean d’Ormesson, profondément émue par celle d’une femme exceptionnelle du monde politique, madame Simone Veil.

Dans cette communion nationale autour de ses grandes figures, les français se retrouvent dans leurs icônes, il n’y a plus de division, il y a la fierté d’appartenir à ce pays, de vivre parmi ses fleuves, ses montagnes, ses villes et ses villages, son patrimoine. C’est aussi ça une nation qui reste debout, vivante  et que nous chérissons dans sa diversité.

Je vous souhaite à toutes et à tous de très belles fêtes.
 


Le Maire
Christian Saux